lundi 23 avril 2012

Des pêches miraculeuses



Ce qui m'amène ici
l'air de la mer
ce qui me ramène ici
le mouvement
qui amène ici
la pitance même
la courbe d'elle
qui mène ici
la danse du vent
en courant sur l'air
ascendant en descente
le moyen et l'objet
le boyau et le moment
le coup d’œil, d'ailes
ce qui amène ici
le chant des mers
les sirènes ne sont
que sous gros temps
que derrière les brumes
à la corne
ce qui ramène ici
l'instinct du vent

4 commentaires:

  1. y penser souvent à ce pays d’errance
    rives solitaires, séjour d’azur
    bercés aux vents d’ouest, aux courants marins
    pays d’infinie monotonie, sol d’immense nostalgie
    le soir est venu, la tempête s’annonce
    au pays d’errance le pas ramène

    RépondreSupprimer
  2. à la fois l'exaltation
    et la mélancolie
    la consistance du plat
    et l'inconsistance plate
    errance de pensées

    le vent des terres
    a un goût d'éther

    RépondreSupprimer