vendredi 20 avril 2012

Des barres de tensions II





- C'est l’œil qui colore
il y a plus à voir
toujours à gagner 
la main suit l'oeil
l’œil barre
avec ou sans cap-

- juste être cap -


4 commentaires:

  1. Je sais que rien n’existe ailleurs,
    nul cap vert espérance,
    seule au loin
    l’île de la désolation
    L’œil est triste,
    regrette à présent
    de ne pas avoir su
    un jour
    près du pin suivre la mer
    boire lentement son âcreté
    se jouer des algues

    RépondreSupprimer
  2. Regretter à présent
    n'est pas
    regretter le présent
    l'instant ne revient pas
    il y a des instants
    à chaque instant

    RépondreSupprimer
  3. Je vois que tu écoutes mes conseils ;)

    RépondreSupprimer
  4. ;-)

    pire, parfois, je les suis...

    RépondreSupprimer