mardi 15 mai 2012

A souvenance

C'est brutal. Une couverture duveteuse de plomb qui s'abat dans un fracas aphone. A souvenance, ça dérange. A souvenance, ce n'est pas de ces désordres qui se rangent, comme ça. Pas un détail, une somme en sommeil qui s'éveille, pas un détail, une somme dans laquelle on passe, où nous emmène un raz de marée.  C'est brutal, un silence abrupte qui dérange. Une somme qui démène la rencontre d'une magie belle et occulte, qui révèle et enfonce dans une nébulosité enragée. C'est brutal, un silence abrupte qui dérange, abrutit, sur demande. Ne demande pas, à souvenance, ça ne se range pas comme ça. Passés les détails, à souvenance, les dents serrent encore cette galaxie grise et étoilée. Passés les détails, les dents mordent encore dans la vague avant chacun de ses effondrements.

6 commentaires:

  1. une image qui traverse, qui bouleverse, qui renverse
    fulgurante
    imprimer, garder, ignorer
    serrer les dents, oui,
    mâchoires crispées sur l’os à ronger
    et arriver à se souvenir pourquoi cette image fait mal
    pourquoi cette nausée soudain
    en vague au creux de l’estomac
    c'est lancinant

    RépondreSupprimer
  2. oui, c'est un peu ainsi, une nausée doucereuse qui lancine entre les tempes
    quant au souvenir, trouver le bon tiroir, la bonne trappe, et laisser les crocs se refermer dessus

    RépondreSupprimer
  3. Qu'est ce qui vous a inspiré cet article ?

    RépondreSupprimer
  4. de vagues remontées épisodiques, divers souvenirs de temps passés qu'on crût oubliés ou perdus, ou dont on aimerait bien qu'ils le soient...
    des réminiscences de marée (et pour ceux, il suffit de cliquer sur le libellé du même nom, il y a souvent très peu de fiction... ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et j'oubliais, un petit air qui trottait, http://www.youtube.com/watch?v=ZPrByKpIqTA&feature=share

      Supprimer