mercredi 2 janvier 2013

Du souhaitable




le réel
la pluie posée
et sa pause
le premier rayon

l'entortillement
du chant
des merles
dans l'air

la trille
dans la gorge
de l'enfant
brillant

la chape
scintillante
entre le crâne
et la lumière

pas ces souhaits
qui ne souhaitent
qu'attendre
que ça arrive


   

6 commentaires:

  1. Du réel

    Très heureuse année nouvelle, cher Cédric, que votre lumière des marées et des vents iodés vous illumine chaque petit instant de vie, vous et les vôtres.

    Continuez à nous émerveiller chaque jour par vos mots, croyez en vous !

    Transmettez également je vous prie des voeux chaleureux à la délicieuse et mystérieuse Christine, notre poétesse SDF de charme.

    Soyez tous deux préservés !

    RépondreSupprimer
  2. Je te souhaite
    La gaîté
    d’une bande d’oiseaux
    dans un arbre sans feuilles
    la légèreté
    du cerf-volant tout petit
    dans le grand ciel bleu
    la fierté
    d’un château de sable
    dans un rayon de soleil
    l’audace
    des traces de doigts
    sur les vitres
    qui regardent la pluie
    l’exaltation
    des joues rougies
    au chaud de l’été

    Et que l’année soit légère au Nuage de passage

    RépondreSupprimer
  3. :)


    c'est mimi tout plein tout ça !

    RépondreSupprimer
  4. [Je te prie de bien noter les efforts que je fais pour aller vers la légèreté -qui n'est pas mon fort-]

    RépondreSupprimer
  5. si si, c'est bien noté, et tu t'en tires fort bien... :)

    RépondreSupprimer
  6. Oui, aériens les vers de Christine..
    Si frais
    Qu'on pourrait, l'approchant, prendre un rhume de cœur
    ...

    RépondreSupprimer