dimanche 6 janvier 2013

Des révérences

  
  
 
Les hérons sont passés
sans plus de regret
dessus les marais
aux yeux d'autres cieux

Les étourneaux
ont élu domicile
dans les frênes
pourtant rien
ne les retient

L'émulation
résonne chaude
dans l'air humide
un canonnement
d'ailes

à nouveau
la place
de l'absence
  
  
 

4 commentaires:

  1. Le cherchant toujours
    de tout mon âme
    parmi les hauts vols d'oiseaux inconnus
    aujourd’hui encore
    mon regard a erré

    RépondreSupprimer
  2. réunissant
    deux antithèses
    qui savent
    pourtant
    s'accorder

    RépondreSupprimer