mardi 3 février 2015

Comme les miroirs






les fantômes des bas-côtés se foutent
des pas de travers
ça fait longtemps qu'ils traînent les fossés
ils attendent
se perchent appuyés ils tendent la main
tendent le cou
et patientent près la route moins d'une vie
à nos dérapages
qu'on tombe dans leurs regards



 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire